AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You cool me down When I'm cold inside ϟ JAMES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Andreah Heddington

avatar

♦ Messages : 42
♦ Date d'inscription : 09/10/2011
♦ Dans le service : neurochi'


- HERE WE STAND.
Statut :
Relations :

MessageSujet: You cool me down When I'm cold inside ϟ JAMES   Mar 11 Oct - 11:25



« Et lorsque que vous avez suturé la plaie... C'était du grand art... Juste magnifique ! Et...
- C'est bon, j'ai compris... Merci. » Venant tout juste de retirer son masque et ses gants, ainsi que sa blouse, Andreah passa ses mains sous l'eau tiède et les frotta avec du savon. L'intervention venait tout juste de s'achever. Un franc succès, comme bien souvent dans ces cas là. Cela relevait presque d'une formalité désormais, et pourtant l'enthousiasme des résidents donnait l'impression que cela relevait de l'exploit. Un peu plus et ils lui auraient déroulé un tapis rouge, la proclamant reine du bloc. Le quatre pour aujourd'hui. Celui qu'elle préférait. Du moins, celui dans lequel elle n'avait jamais eu le moindre soucis. Il semblait lui porter bonheur, bien que la superstition ne faisait pas vraiment partie de son quotidien. De son mari, oui. Enfin, que dis-je... De son ex-mari. A chaque fois qu'elle y pensait, cela lui fendait le cœur. Et pourtant, il fallait qu'elle s'y fasse et qu'elle finisse par accepter la séparation. C'était une douleur qui la prenait à la poitrine et qui ne la quittait jamais. Elle la traînait comme un boulet solidement accroché à sa cheville, et lorsque la fatigue se faisait sentir ce dernier s’alourdissait en conséquence. Comme en ce moment même, alors qu'elle arpentait le couloir à la recherche d'un gobelet de café à piquer. Faire le chemin jusqu'à la salle de repos ou la cafétéria s'avérait être un parcours du combattant, effrayant le chirurgien épuisé qu'elle était. Littéralement sur les rotules, la jeune Heddington s'efforçait de plaquer sa main devant sa bouche pour ne pas bailler à la vue de tout le personnel.

« Excusez-moi ! Dr. Heddington ! - Elle se retourna en entendant son nom, et interrogea son interlocuteur d'un simple regard. - Je... J'aurais besoin d'un conseil, ne trouvant pas le titulaire supervisant cette intervention. Et j'ai besoin de ces informations, sans quoi je serais incapable de remplir le dossier et donc de préparer le patient, et donc de l'emmener au bloc, et donc de le traiter, et donc...
- Venez-en au fait ! -Elle commençait à s'énerver, l'agacement montant petit à petit. On comprenait aisément pourquoi les conversations étaient rapidement partie en vrille avec James. Fatiguée, Andreah en devenait parfois détestable. Elle grognait lorsqu'elle ne se sentait pas bien, ne supportant pas ces sensations. Elle avait l'impression d'être inefficace, inutile, bonne à rien. Faire la potiche ne l'intéressait pas, et là, on lui faisait perdre son temps.
- Pourriez-vous m'accorder quelques minutes ? S'il vous plaît ? - Un peu plus et il se serait mis à genoux pour obtenir ses faveurs.
- Quelle chambre ? - questionna-t-elle simplement, en croisant les bras sur sa poitrine.
- 211.
- Ça va, ce n'est pas trop loin... - Le résident en parut surpris. Qui ne l'aurait pas été face à une telle réplique de la part d'un des médecins les plus réputés de l'hôpital ? - Oubliez. Oh et... Votre café... Est-il sucré ? -demanda-t-elle en voyant le gobelet dans la main du résident.
- Oui, un sucre.
- Parfait. » Elle s'en empara sans rien ajouter et en bu une gorgée. Profiter de son statut ? Ça n'était pas vraiment son genre. Du moins, elle ne le faisait jamais réellement en tout état de conscience. Suivant le résident en sirotant son café, elle lui demanda de lui passer le dossier du patient. Après tout, autant se renseigner avant d'être face à l'individu, gagnant un peu de temps. Pas grand chose, certes... quelques minutes. Mais c'était déjà beaucoup dans un service comme celui-ci ! Il lui tendit le classeur, tout en se dirigeant vers la chambre. Les yeux rivés sur cette liasse de papiers, Andreah zigzaguait entre les chariots et les infirmières, sans compter les familles, les intervenants, les résidents, les internes... Elle semblait concentrée, s’imprégnant alors du cas pour en faire le meilleur diagnostique possible. Et c'est durant cette rapide lecture qu'elle aperçu le nom du titulaire en charge du dossier, supervisant alors l'intervention : James Winslow. Intéressant...

En entrant dans la chambre, elle afficha un léger sourire en coin, bienveillant à souhait, et déposa son gobelet sur la petite table devant l'imposant lit du patient. « Bonjour, je suis le Dr. Heddington. Je serais le chirurgien responsable de votre intervention. » Le résident fronça les sourcils et fixa la jeune femme. Cette dernière fit mine de l'ignorer et s'empara de son stylo pour barrer le nom de son collègue et y inscrire le sien à la place. Comme avant... Comme lorsqu'ils n'avaient de cesse de se défier durant leurs années d'internat, entrant en compétition dès que l'occasion se présentait. En le provoquant ainsi, elle cherchait à le faire réagir. Elle en avait conscience et le faisait dans l'espoir qu'il comprenne qu'elle se souciait de leur relation, qu'elle y attachait de l'importance et que malgré tout ce qu'elle pouvait dire, son comportement parlait de lui même : il lui manquait. Il fallait seulement qu'il s'en rende compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Winslow

avatar

♦ Messages : 24
♦ Date d'inscription : 11/10/2011
♦ Dans le service : Neuro


MessageSujet: Re: You cool me down When I'm cold inside ϟ JAMES   Mer 12 Oct - 6:33


James devait aller parler à un patient qu’il allait prochainement opérer. Il avait encore quelques minutes devant lui alors il pris une tasse de café dans la salle des titulaires. Rapidement il reçu un bip de son résident. Visiblement quelque chose devait clocher sinon jamais il ne l’aurait bipé. James espérait que tout se passait bien et que le patient n’était pas dans un mauvais état. Il se dépêcha donc d’aller jusqu’à la chambre de ce fameux patient. A son entrée il remarqua que Andreah était déjà là. James compris donc qu’elle était sans doute venir pour lui mettre des bâtons dans les roues. Toujours sûr de lui il se présenta au patient : « Je suis le Dr Winslow et c’est moi qui est en charge de votre dossier ! » A voir le regard que lui jetait son résident les choses n’allaient pas être simple. James se demandait ce que fabriquait Andreah elle devait être ailleurs à faire ces trucs. A ses yeux, Andreah était une adulte et ne jouait plus à lui voler ses interventions comme à l’époque. Malheureusement il avait tort. La séparation avait dû rendre Andreah rancunière. « Mais le Dr Heddington vient de me dire que c’était elle .. » Lui rétorqua le patient. James n’était même pas étonné de voir que Andreah avait pris son dossier. Elle avait toujours été comme cela prête à tout pour le faire sortir de ces gonds. Malheureusement pour elle James ne comptait pas faire un scandale. C’était fini le temps où il se mettait en colère. James ne voulait pas lui donner ce loisir et surtout pas devant un patient. James n’allait pas laisser leur problème entraver sa carrière et surtout la santé d’un patient. « Cela doit être une simple erreur puisque c’est moi. Mais ne vous inquiétez pas je vais très bien m’occuper de vous ! » Lui répondit James. Il gardait son professionnalisme en toute circonstance. Il n’allait pas crier sur Andreah comme avant. James ne pouvait plus laisser ses émotions contrôler sa vie. C’était à cause d’eux qu’il avait perdu Andreah. D’une certaine manière il voulait lui montrer qu’il avait changé. Alors il décidait de ne pas la laisser faire et de reprendre le dossier comme tout était prévu. Andreah ne pouvait pas agir de la sorte. James se contenta de dire : « Dr Heddington puis-je vous voir dans le couloir ? » James restait étonnement calme ce qui semblait agacé Andreah. Elle aurait aimé voir que cela le touchait peut-être pour qu’il montre qu’il n’est pas indifférent. C’était le cas sinon il ne lui aurait pas demandé de venir dans le couloir. Même si elle n’était pas d’accord James la tira par le bras doucement afin de ne pas attirer l’attention du patient qui discutait avec le résultat. Une fois à l’abri des regards il lui lança : « A quoi est-ce que tu joues ? » Andreah ne devait pas s’en douter, mais il souffrait autant qu’elle voir plus. La culpabilité le rongeait tout comme son manque. Malgré tout Andreah lui manquait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreah Heddington

avatar

♦ Messages : 42
♦ Date d'inscription : 09/10/2011
♦ Dans le service : neurochi'


- HERE WE STAND.
Statut :
Relations :

MessageSujet: Re: You cool me down When I'm cold inside ϟ JAMES   Mer 12 Oct - 8:08



Il avait fini par arriver, entrant dans la chambre en se présentant, étonnant donc au passage le patient. La tête baissée, le regard rivé sur le dossier, elle se retenait de sourire. Elle était contente, et la fierté n'allait pas tarder à se faire sentir lorsque James lui ferait part de son désaccord. Elle l'imaginait déjà lui faire la morale, montant en pression jusqu'à frôler l'explosion et lui crier dessus. Bizarrement, elle avait envie qu'ils se disputent. Comme avant. Comme lorsqu'ils étaient encore mariés. Avant qu'il ne lâche cette terrible phrase, qu'il lui demande le divorce... Elle avait envie de retrouver ce sentiment de sécurité, lorsque ces quelques précieux diamants, symbole de leur amour, étaient encore à sa main. Or, désormais, cette dernière était bien légère... Et cela lui faisait mal. Mais là, alors que le compte à rebours dans sa petite tête brune touchait à sa fin, rien ne se passa. Elle eu droit à un silence de sa part, d'une indifférence glaciale. Il ne s'énervait pas, expliquant calmement au patient qu'il y avait eu une erreur. Rien de plus... Il allait très bien s'occuper de lui. Foutaises ! Elle lança un regard assassin au résident, alors que le pauvre n'avait rien à voir dans cette histoire. Puis un sourire se dessina sur son doux visage. S'adressant au patient, elle reprit : « Oh oui ! C'est un excellent chirurgien... Il ne pourra pas vous rater !
- Me rater ?! Parce qu'il a déjà raté des gens ?!
- Non, non... Mais non voyons ! Il a fait du chemin, ne vous en faites pas ! Tout ira bien ! » C'était petit, certes. Elle aurait même pu dire que c'était carrément moche de faire une telle chose. Mais ça avait été plus fort qu'elle. Les mots s'étaient échappés d'entre ses lèvres, tout comme les siens étaient venus lui poignarder le cœur lors de leur ultime dispute de couple marié.

D'un ton remarquablement professionnel, il lui demanda de sortir de la chambre. Elle le fixa, se pointant elle-même du doigt, accompagnant le tout d'un regard faussement étonné. Elle ? Le suivre ? Dans le couloir ? Mais pourquoi donc ? Elle refusa tout d'abord d'obtempérer, faisant mine de s'intéresser aux dernières analyses de son ex-futur-patient. Il l'agaçait, voilà pourquoi elle ne voulait pas bouger. Si elle n'avait pas eu ce statut de titulaire, elle aurait été capable de s'attacher aux barreaux du lit. Il aurait été contraint de batailler pour obtenir ce qu'il voulait, voir même de la porter sur son épaule jusqu'à la sortie. Il la tira doucement par le bras, le plus discrètement du monde pour faire bonne figure. Andreah s'en moquait. Elle s'en dégagea bien vite et s'empressa de quitter la pièce, voulant désormais fuir. Faire sa maline devant un public, elle savait le faire. Se retrouver face à ses yeux bleus et donner l'impression d'en être complètement détachée, c'était déjà plus délicat. Voir impossible. « Tu connais ce jeu, ne joue pas au crétin... » Elle agissait comme si de rien était, croisant ses bras sur sa poitrine. Elle avait du mal à soutenir son regard, et savait qu'il avait toutes ses chances dans l'emporter aujourd'hui. La fatigue l'avait tellement gagné qu'elle n'avait plus tellement la force de le défier. Par fierté, elle s'efforçait de donner la réplique. Mais elle n'allait pas lutter bien longtemps, elle le sentait, et il lui fallait une sortie de secours. « C'est bon, t'as ton patient, game over. » Elle plaqua alors le classeur contre son torse, lui rendant ce qui lui était dû, et s'apprêta à faire demi-tour. Elle le laissait gagner trop facilement pour qu'il ne se rende compte de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Winslow

avatar

♦ Messages : 24
♦ Date d'inscription : 11/10/2011
♦ Dans le service : Neuro


MessageSujet: Re: You cool me down When I'm cold inside ϟ JAMES   Mer 12 Oct - 8:39


[justify]Andreah venait de faire allusion à une erreur qui avait couté à un patient de James. Il y a quelques années il a perdu un patient et cela l’a vraiment chamboulé. James a eu beaucoup de mal à s’en remettre a tel point qu’il a envisagé d’abandonner la médecine. Heureusement Andreah avait été là pour le soutenir dans cette épreuve c’est pourquoi il ne comprenait pas qu’elle puisse retourner cela contre lui. James en était maintenant sur : Andreah le détestait. James s’en était assez voulu d’avoir gâcher leur mariage ce n’était pas la peine d’en rajouter une couche. C’est pour cela que dès qu’ils sortirent de la pièce James lui révéla le fond de sa pensée. « Je sais que tu me détestes, mais ce n’est pas une raison pour remettre ça sur le tapis ! » Lui dit James. La jeune femme avait réussi à le mettre en colère. Andreah pouvait être fière d’elle elle avait réussi à le toucher, mais pas de la bonne façon. L’idée même que Andreah ne faisait pas forcément référence à son erreur ne lui avait pas traversé l’esprit. Cet épisode de sa vie avait été tellement dur qu’il en devenait parano. Visiblement la jeune femme semblait le remarquer. James essayait tant bien que mal de le cacher. « Je le connais très bien oui, mais je pensais qu'on en avait terminé ! » Lui répondit James. Visiblement il avait eu tort. Andreah était vraiment prête à tout pour le mettre en colère. Il comprenait qu’elle était en colère contre lui-même qu’elle pourrait le détester seulement il ne comprenait pas son attitude. Elle était à la limite de la gaminerie. James essayait de garder son calme pour ne pas donner satisfaction à Andreah. Elle aurait été bien trop heureuse de voir qu’elle arrivait encore à le blesser. « On est plus des internes Andreah .. » Lui fit remarquer James. Parfois James avait vraiment envie de tuer Andreah. Elle était toujours dans la provocation à croire que ruiner la réputation de James l’amuse. Il en avait assez bavé pour être là où il est. Tout le monde n’est pas aussi riche que mademoiselle il avait dû travailler pour entrer ici et réussir. C’était peut-être injuste, mais Andreah l’avait bien cherché. « Tu ne peux pas tout faire sous prétexte que tu es en colère ! » Lui rétorqua James d’un ton sévère. Il était fatigué des attitudes d’Andreah. Si elle voulait lui régler son compte elle n’avait qu’à le faire en face plutôt que de jouer à ce jeu stupide. A force James commence vraiment à se demander qui est la femme qu’il avait épousé. Elle avait toujours été un peu dur, mais depuis leur séparation elle était encore pire. A croire qu’elle avait oublié combien elle avait pu l’aimer pour le détester encore plus. Pourtant, James souffrait toujours de ne plus être ses côtés. « Qu’est ce que tu veux Andreah ? » Lui demanda enfin James. Elle ne pouvait plus vraiment s’échapper. Andreah devait lui dire ce qu’elle pensait même si elle allait sûrement trouver une autre excuse pour ne pas s’expliquer avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreah Heddington

avatar

♦ Messages : 42
♦ Date d'inscription : 09/10/2011
♦ Dans le service : neurochi'


- HERE WE STAND.
Statut :
Relations :

MessageSujet: Re: You cool me down When I'm cold inside ϟ JAMES   Mer 12 Oct - 11:02



Le détester ? Parce qu'il pensait réellement qu'elle le détestait ? Il était bien loin du compte. Elle était tellement désemparée face au fiasco total de leur histoire, qu'elle n'avait simplement pas trouver d'autre solution que de lui faire péter un câble pour être sûr d'être encore dans ses pensées. C'était facile, et même enfantin. Elle le savait et n'en était pas vraiment fière. Après tout, son éducation ne ressemblait en rien à cela. On lui avait appris le respect d'autrui et elle avait toujours fait preuve de maturité dans des situations aussi graves que celle-là. Sauf que cette fois-ci, tout était différent ! Elle ne pouvait pas se dire que tout allait rentrer dans l'ordre et qu'elle finirait par s'en remettre. Car là, elle savait pertinemment que ça ne serait pas le cas. Elle savait qu'elle ne se relèverait pas indemne de cette rupture et qu'au fond d'elle-même, elle ne l'avait jamais voulu. Le quitter ? Vivre sans lui ? Cela semblait trop difficile. Elle avait un mal fou à se faire à l'idée, se contraignant à imaginer un quotidien loin de celui qui avait réussi à lui faire prendre confiance en elle, confiance en l'amour. Expliquer comment toutes ces histoires avaient eu raison de leur couple était une tâche bien trop délicate pour elle. Andreah tournait le problème dans tous les sens, sans voir que la fatigue et le travail avaient eu raison d'eux. Sans voir que les sentiments n'en avaient jamais été moins fort. Elle l'aimait comme une folle, à en perdre la raison, et pourtant elle avait rempli ces satanés papiers de divorce et les lui avait rendu. Elle avait signé le contrat stipulant qu'ils ne seraient plus mari et femme, qu'ils ne seront plus dans l'obligation d'honorer ces belles promesses faites de bons sentiments et de douces attentions. Face à lui, elle n'osait rien dire, ayant comme l'impression qu'il n'avait peut-être jamais cru à tout ça. « Je suis désolée... J'aurais pas dû. Et puis... Je te déteste pas, arrête de dire n'importe quoi ! » Elle ponctua sa phrase en baissant les yeux, incapable de l'affronter de plein fouet.

Il était en colère... Elle l'avait cherché et sentait cette satisfaction se dissiper doucement. Forcément, quand on se fait engueuler, c'est tout de suite moins plaisant. Il avait réagit à ses provocations, bien que ça n'était pas réellement ce qu'elle avait espéré. Le petit jeu ? Il ne l'amusait plus. Andreah le constatait par elle-même, alors qu'il lui balançait en pleine face qu'il avait pensé en avoir fini avec tout ça. « Très bien. J'arrête. » S'il ne voulait pas jouer comme avant, elle n'allait pas l'y contraindre. S'il préférait mettre tout ça de côté et l'oublier, qu'il en soit ainsi. Andreah n'avait pas la moindre autorité sur ce qui devait être ou ne pas être concernant leur relation. « T'étais plus drôle en tant qu'interne... » -lança-t-elle, comme un reproche. On aurait même pu le traduire par un simple ''Tu préfères m'oublier, je t'en veux.'' Ils n'étaient plus des internes, James avait raison. Et pourtant, elle aurait donné beaucoup pour retrouver la complicité qui les avait uni en ce temps. Lorsqu'ils se soutenaient et se motivaient, qu'importe l'enjeu ou les obstacles. Lorsqu'un regard suffisait pour se faire comprendre. Lorsqu'ils prenaient le temps de se sourire. Simplement. Mais tendrement. « Je ne peux pas tout faire ?! Tu m'as bien laissé tomber parce que tu l'étais, toi ! » Sa main se plaqua devant sa bouche, réalisant ce qu'elle venait de dire. Voilà, elle s'était trahie toute seule, de sa voix chevrotante. Elle ôtait le voile sans même s'en rendre compte, exprimant à demi-mots la frustration qu'elle avait accumulé à ce sujet. « Je veux... Je veux... Rien du tout ! Laisse tomber ! Va t'occuper de ton patient. Va lui dire que je ne suis qu'une jalouse colérique qui raconte n'importe quoi. Va le rassurer. » Aurait-on dû précisé qu'elle pensait tout l'inverse ? Qu'elle aurait voulu qu'il reste ici encore longtemps, posant son regard si rassurant sur elle, qu'il l'enveloppe dans une douce et chaleureuse étreinte, lui insufflant un sentiment de sécurité tel qu'elle aurait voulu en être à tout jamais prisonnière ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Winslow

avatar

♦ Messages : 24
♦ Date d'inscription : 11/10/2011
♦ Dans le service : Neuro


MessageSujet: Re: You cool me down When I'm cold inside ϟ JAMES   Ven 14 Oct - 5:15


« Tu ne me détestes pas ? » Lui demanda James. Il était réellement surpris de la réponse de la jeune femme. James avait été persuadé depuis leur rupture qu’elle le détestait. Pourquoi alors aurait-elle été aussi méchante avec lui si ce n’était pas le cas ? James n’avait pas la réponse à cette question pour le moment. Andreah restait une énigme pour lui seulement il devait comprendre d’une manière où d’une autre. Andreah avait beau lui dire qu'elle ne le détestait pas James avait dû mal à la croire. Son comportement était en contradiction avec ces paroles. A force il se demandait s'ils avaient encore une chance ensemble. James l'aimait toujours beaucoup c'est vrai. Seulement le chemin pour la retrouver semblait très compliqué. Il ignorait même si elle voudrait revenir avec lui un jour. James ne se doutait pas qu'elle agissait de la sorte pour voir si finalement il était indifférent à elle. Comment pouvait-elle croire qu'il pourrait ne rien ressentir ? James n'aurait pas pu trouvé une meilleure femme qu'Andreah pour la bonne raison qu'elle lui ressemblait. Peut-être même trop. Il avait trouvé en elle une femme exceptionnelle et regrettait tous les jours de l'avoir perdu. James ne savait pas quoi faire pour la récupérer. Lui ouvrir son cœur était bien trop dur pour le moment. La peur du rejet était plus forte que tout. « Je sais que j’ai laissé ma colère prendre le contrôle des fois et regardes où on en est maintenant ! » James venait d’avouer pour la première fois qu’il était en parti responsable de l’échec de leur mariage. Il avait tout gâché en laissant ces émotions sortir de la sorte. Jamais il n’aurait voulu quitter Andreah bien au contraire. Elle était tout pour lui-même si elle avait le droit de ne pas le croire. D’ailleurs James n’avait pas le courage de lui dire tout ça. La peur du rejet est quand même forte. James ne savait pas vraiment quoi faire. Il était perdu entre l'envie de retenir Andreah et celle de la laisser partir. Ses réactions étaient tellement lunatique qu'il ignorait ce qu'elle voulait. Avant leur séparation James pouvait lire comme dans un lien ouvert en Andreah malheureusement ce n'est plus le cas. La jeune femme avait remis sa carapace si dure à percer. « Non je ne te laisserais pas partir comme ça ! » Lui répondit James en la retenant. Il en avait assez de ce petit jeu. Andreah devait faire face à ce qu’elle ressentait pour lui. Peut-être qu’il n’était pas trop tard et que si elle arrivait à lui ouvrir son cœur rien qu’une minute tout irait mieux. James savait qu’il avait merdé dans leur couple et cela le rongeait. Il ne voulait pas que la jeune femme soit comme lui c’est-à-dire lâche. James aurait tant aimé recommencer à zéro leur histoire donc juste une deuxième chance. « J'ai perdu la meilleure chose qui m'était arrivé dans la vie à cause de ma colère et de mon orgueil .. » Lui avoua James. Lui qui n'était pas décidé à lui ouvrir son cœur l'avait fait quand même. Comme quoi Andreah le touchait toujours. Dans un sens il espérait qu'elle lui ouvre son cœur à son tour. C'était vraiment trop bête de tout gâcher à cause d'une dispute et de tout. Si l'amour entre eux est réel et profond alors ils peuvent sûrement réparer les pots cassés. « J'ai dis ce que je pensais maintenant c'est à ton tour ! » James lui donnait une chance de faire un pas vers lui comme lui avait fait un pas vers elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreah Heddington

avatar

♦ Messages : 42
♦ Date d'inscription : 09/10/2011
♦ Dans le service : neurochi'


- HERE WE STAND.
Statut :
Relations :

MessageSujet: Re: You cool me down When I'm cold inside ϟ JAMES   Ven 14 Oct - 8:19



Non elle ne le détestait pas. Ça semblait si difficile à croire ? Elle hocha la tête, confirmant alors ce qu'elle venait de dire. Bien sûre que non, ça n'était pas le cas. Il lui était impossible de le détester. Ou dans ce cas, elle se serait fait violence pour lui épargner ses foudres. Si elle se montrait si dure, si peu avenante et douce, c'était parce que sa propre douleur était si difficile à accepter qu'elle n'avait pas trouver d'autre solution que de le lui rendre. Elle lui attribuait tous les tords, alors que ces derniers étaient largement partagés. Certes, il avait parlé sous le coup de la colère. Mais elle n'avait pas perdu de temps pour l'interpréter à sa manière et le prendre au premier degré. Elle n'avait pas été patiente et compréhensive... Elle avait tout simplement fait ce qu'elle avait cru être le mieux, pensant qu'après toutes ces disputes, il ne voulait réellement plus d'elle. C'était idiot, mais les sentiments et les émotions nous font faire bien des erreurs. A présent, elle se compliquait la vie pour un rien. Lorsqu'elle faisait un pas vers lui, il fallait qu'elle en recule de trois par la suite. « Je vois très bien où on en est... Je le vois tout les jours dans le miroir. Je le vois sur mon visage fatigué, sous mes yeux cernés, à travers mon sourire effacé. Oui, James, je vois où en est arrivé ! » Répliqua-t-elle d'une petite voix. Elle s'était soudainement radoucie. L'attitude de son ex-mari y était pour beaucoup. Il n'était pas parti au quart de tour, la faisant alors réfléchir. Ce qu'elle faisait n'était pas la meilleure des solutions pour régler le problème, ou tout du moins s'échapper de cette dose de souffrance quotidienne et de ce chagrin permanent. Il lui collait à la peau, et tout ce qu'elle aurait souhaité, c'était de revenir en arrière. De revenir sur ses erreurs et de sauver ce mariage. Son couple manquait à son équilibre. Son compagnon manquait à sa vie. Mais elle était si fière, si butée, et à la fois si maladroite, qu'elle était bien incapable de le formuler clairement.

Elle lui demanda de laisser tomber, comme pour lui épargner un long discours sur ce qu'elle ressentait. Ils ne pouvaient pas revenir sur ce qui était fait. Du moins, c'est ce que pensait la jeune femme. Andreah avait beau avoir quelques convictions, des croyances et des espoirs plein la tête, elle n'en était pas si optimiste que ça. Elle qui avait toujours tout réussi... Elle tombait de haut face à cet échec cuisant. Elle entendait déjà sa mère s'en étonné, relançant le sujet épineux sur le tapis. « Je savais qu'il n'était pas fait pour toi cet homme là ! » aurait-elle radoté, mettant alors la belle en rogne. Bien au contraire, il était peut-être le seul à si bien la connaître, à si bien la comprendre... Et en ce moment même, elle se doutait qu'il devinait le malaise chez elle, malgré ses efforts pour le dissimuler. James refusa de partir. Il ne voulait pas la laisser s'en sortir si facilement. C'était digne de lui, et ça ne surprenait pas Andreah. Sa seconde phrase, son véritable aveux, piqua le cœur de la jeune titulaire. ''La meilleure chose'' venait-il de dire ? Elle le fixait, formant un ''o'' de ses fines lèvres rosées. Qu'espérait-il ? Qu'elle lui parle ? Qu'elle se jette dans ses bras ? Son cœur venait de se serrer dans sa poitrine. Elle avait peur de se faire des idées sur cette maudite phrase. « J'ai fait une connerie en signant ses papiers. Mais j'ai fait ce que tu voulais. Maintenant, tu peux en faire de même, en retournant dans cette maudite chambre, avant que je fasse un truc qui compliquerait encore plus la situation... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Winslow

avatar

♦ Messages : 24
♦ Date d'inscription : 11/10/2011
♦ Dans le service : Neuro


MessageSujet: Re: You cool me down When I'm cold inside ϟ JAMES   Ven 14 Oct - 8:59


Contrairement à ce que peut penser Andreah, James s'en voulait vraiment. Il n'arrivait pas à passer à autre chose. Andreah restait l'amour de sa vie malgré tout. Même lorsqu'elle se montrait odieuse avec lui comme tout à l'heure il continuait de l'aimer. C'était plus fort que lui c'est pour cela qu'il souffrait autant. Voyant que Andreah commençait doucement à s'adoucir James compris qu'elle ne le détestait pas. Elle était simplement blessé par ce qu'il avait fait. Cela ne faisait que lui faire encore plus mal. Il avait blessé la seule personne qu'il aimait. James ne savait pas quoi dire où faire pour lui faire comprendre qu'il était désolé. Peut-être que c'était trop tard, mais il voulait croire que non. Andreah lui lançait en quelque sorte une perche. James avait l'occasion de faire ce qu'il n'avait jamais eu le courage de faire c'est à dire s'excuser. Andreah avait été aussi coupable dans l'histoire, mais si lui reconnaissait sa responsabilité peut-être que les choses allaient s'arranger au moins un peu. « Je suis désolé Andreah. Je sais que j'ai agis comme le roi des abrutis. J'ai laissé ma colère prendre le dessus et j'ai dis des choses que je ne pensais pas .. » Lui avoua James. Il était sincère lorsqu'il s'excusait et encore plus quand il avouait qu'il ne pensait pas ce qu'il avait dit. James ne pensait pas qu'ils étaient arrivés à un point de non retour bien au contraire. Aujourd'hui encore il garde l'espoir d'avoir une dernière chance pour sauver son mariage. Peut-être ce qu'il avait dit était trop peu, mais au moins il lui avait ouvert son cœur pour la première fois depuis très longtemps. James n'arrivait toujours pas à croire que son mariage était terminé et surtout que Andreah est pu signer les papiers du divorce. Il l'a savait rancunière, mais pas à ce point-là. C'est d'ailleurs pour cela qu'il pensait qu'elle le détestait réellement. Si ce n'était pas le cas alors pourquoi avait-elle signé ? On peut toujours arranger les choses même quand cela semble perdu. Ils avaient traversés beaucoup plus. James ne comprenait pas pourquoi cette fois-ci avait été la fois de trop. « Tu crois vraiment que je voulais me séparer de toi ? Que je ne t'aimais plus ? » Lui demanda James. Visiblement la jeune femme était persuadée qu'il avait voulu se divorce même si ce n'était pas le cas. James ne pouvait pas la laisser croire une chose aussi folle. Si c'était la seule façon d'arranger les choses alors oui James allait mettre sa fierté de côté. « Je ne retournerais pas dans cette chambre. En tout cas pas sans savoir s'il y a encore un espoir pour nous deux ! » Lui rétorqua James. Il lui ouvrait un peu plus son cœur prenant le risque de souffrir à nouveau. Il préférait souffrir à nouveau plutôt que de ne pas savoir. Chaque jour James se posait la même question : comment en sont-ils arrivés là ? Leur histoire était tellement belle. James avait eu la chance de trouver une femme qui lui ressemblait vraiment et dont les sentiments étaient sincères. Bien sûr ce n'était pas facile tous les jours, mais cela ne les empêchait pas de s'aimer. Entre eux il n'y avait jamais eu de routine. Malgré leur carrière très prenante et les tentations habituelles on peut dire qu'ils ont su résister. Jamais James n'aurait pu coucher avec une autre femme que la sienne. James avait des principes même si cela peut paraître ridicule. Quand il avait demandé à Andreah de l'épouser c'était en pensant réellement que cela durerait toute leur vie. James était sûr d'avoir trouvé la bonne et finalement leur mariage avait volé en éclat tout comme le cœur de James. « Comme quoi ? » Lui demanda James. Si jamais il y avait la moindre chance que ça puisse s'arranger James allait la saisir. James ne savait pas ce qu'elle voulait dire par faire quelque chose qui compliquerait la situation alors il voulait savoir. Si c'était positif tant mieux. Si ce n'était pas le cas il en assumerait les conséquences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreah Heddington

avatar

♦ Messages : 42
♦ Date d'inscription : 09/10/2011
♦ Dans le service : neurochi'


- HERE WE STAND.
Statut :
Relations :

MessageSujet: Re: You cool me down When I'm cold inside ϟ JAMES   Mer 19 Oct - 1:34



James s'excusait. Il fallait qu'ils divorcent pour qu'ils parviennent à avoir un semblant de conversation. Il fallait qu'ils soient en pleine crise conjugale pour réapprendre doucement à s'écouter. Andreah devait à tout prix faire la part des choses. Il était essentiel, voir même vital dans son cas, de prendre le temps de souffler et de faire le point. Où allaient-ils ainsi ? Droit dans le mur, la belle n'avait pas d'autre réponse à cette question. Tous les deux impulsifs, ils n'avaient pas fait les choses à moitié et n'avaient pas pris le temps d'y réfléchir. Dès lors que l'idée de se séparer avait été jetée sur le tapis, Andreah n'avait pas cherché plus loin. Il ne voulait plus d'elle, elle pouvait se retirer et souffrir en silence. Du moins, si cela était possible. Se taire, ça ne lui réussissait pas, et la plupart du temps elle n'y parvenait pas très longtemps. Et lorsqu'il avouait qu'il avait agis comme le roi des abrutis, elle ne savait plus sur quel pied danser. C'était tellement délicat. Il la déstabilisait, la jeune titulaire se perdant dans un tourbillon d'émotions. Elle qui avait pour habitude que tout soit clair, précis, carré... Elle en perdait la tête et son cœur chavirait. « Ça faisait des semaines qu'on s'engueulait. Et pourtant, t'as fini par me dire ça. » Sous-entendu ? Il avait déjà été en colère auparavant. Ça voulait vient dire qu'il en avait eu marre. Qu'un ras-le-bol c'était fait sentir. Non ? Andreah en était intimement convaincue, persuadée que cela avait été certes maladroit, mais avait peut-être une part de sincérité. L'idée la blessait, mais semblait inévitable.

Avait-elle vraiment cru qu'il avait souhaité se séparer d'elle ? Elle s'interrogeait encore. Bien sûr, elle se souvenait de sa toute première réaction. Une fois les mots échappés, lâchés comme une bombe, elle avait laissé un flot de paroles se déverser sur lui. Elle avait parlé d'âmes sœurs, d'amour. Puis elle lui avait dit d'aller se faire voir, puis elle avait attrapé son manteau et était partie faire un tour. Pour se calmer au premier abord, souffler un bon coup et faire redescendre la pression. Mais cela entraîna un torrent de larmes. Des perles salées avaient inondé ses joues rosies de colère. Un passant lui avait même demandé si ça allait, s'inquiétant de voir une jolie brunette dans un tel état. La peine l'avait ravagé, car ses sentiments pour James n'en étaient pas moins fort. Elle l'avait toujours aimé, malgré les accrochages, malgré les disputes... Il restait son homme, celui qui la réconfortait lorsque ça n'allait pas. Celui qui la câlinait lorsqu'elle se glissait sous les draps frais de leur lit. Celui qui la faisait frémir en passant simplement sa main sur sa taille au détour d'un couloir... Elle le perdait, et ce jour avait marqué la fin de leur histoire. Du moins, de ce que les larmes de chagrin lui laissaient encore entrevoir. « Je ne sais pas. Je ne sais plus... Ça a été si brutal. Ça m'a fait tellement mal. Peut-être oui. Parce que ça n'était pas le cas peut-être... Arrête, à d'autres ! » Elle détourna son regard et enfonça ses mains dans les poches de sa blouse.

« Je ne retournerais pas dans cette chambre. En tout cas pas sans savoir s'il y a encore un espoir pour nous deux ! » Elle releva la tête, ouvrant de grands yeux étonnés. Était-il sérieux ? Il espérait réellement qu'il y ait une nouvelle chance pour leur couple ? S'interrogeait-il vraiment à ce sujet ? « Arrête, bon sang... Vas-y... » Elle le suppliait d'un simple regard. Elle ne détenait pas la réponse à sa question, et ça lui faisait un mal de chien. Elle était tellement paumé et ce divorce la chamboulait tellement. Elle sentait qu'elle allait partir en vrille et déraper. Elle savait que si elle restait dans le secteur, face à lui, face à cette bouille à croquer et ses yeux clairs, elle allait compliquer les choses. Elle lui en faisait même part, le prévenant. Et lui... Il insistait, poussant le vice encore plus loin. « Comme quoi ? » Elle ne lui répondit pas. Du moins, pas avec des mots. Se rapprochant doucement de lui, sa main glissa sur sa joue, puis se lova sur sa nuque. Elle se hissa sur la pointe des pieds et déposa un baiser aux commissures de ses lèvres. « Comme ça. Je t'en supplie, fais en sorte que je ne m'en morde pas les doigts. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Winslow

avatar

♦ Messages : 24
♦ Date d'inscription : 11/10/2011
♦ Dans le service : Neuro


MessageSujet: Re: You cool me down When I'm cold inside ϟ JAMES   Jeu 20 Oct - 8:54


James l'a comprenait puisqu'il l'avait blessé elle avait sûrement peur de souffrir à nouveau. Ce qu'elle ne comprenait pas c'est que lui aussi souffrait beaucoup. Jamais il n'aurait pensé qu'elle l'aurait pris aux mots et qu'elle aurait demandé le divorce. Cela lui avait brisé le cœur de voir qu'Andreah laissait sa colère aller très loin. Il s'était même demandé si finalement elle avait été réellement amoureuse de lui. C'est vrai après tout on ne fou pas tout en l'air à cause d'une dispute. Les deux avaient commis des erreurs même si Andreah ne voulait pas encore l'admettre. « Je pense que nous avons tous les deux fais et dis des choses que l'on ne pensait pas .. » Lui répondit James. Il voulait lui faire comprendre qu'il n'était pas le seul à avoir tout gâcher dans l'histoire. Certes lui dire ce qu'il avait dit avait été la pire erreur de sa vie, mais se braquer comme elle l'avait fait n'avait pas été top non plus. Tous les deux étaient des êtres imparfaits,mais finalement ensemble cela faisait un très beau mélange .« J'ai dis ça sous le coup de la colère. Tu sais très bien qu'on dit n'importe quoi quand on est énervé ! » Lui répondit James. Il faisait référence à certaines fois ou elle lui avait dit des choses vraiment très dur comme le fait qu'elle regrettait de l'avoir rencontré etc .. Bien sûr elle ne le pensait pas tout comme James ne pensait pas à vouloir divorcer. Andreah était la meilleure chose qui lui soit arrivé. Même après leur séparation James n'arrive toujours pas à voir sa vie sans Andreah. On ne choisi pas qui on aime. James espère réellement pouvoir recoller les morceaux avec la jeune femme même s'il est presque sur qu'elle ne le laissera pas revenir dans sa vie. « Peut importe ce que tu peux croire j'en ai souffert aussi. Pas de la même façon, mais autant. Savoir que des paroles que je ne pensais même pas ont mis un terme à mon mariage est quelque chose que je n'arrive toujours pas à accepter ! » Lui avoua James. Il ne savait pas comment elle allait le prendre, mais c'était dit. Derrière cette longue phrase James venait de lui dire que pour lui le divorce ne comptait pas. Il ne pouvait pas aller de l'avant et ne plus considérer Andreah comme sa femme. Leur dispute a été si violente que leur mariage a pris fin. James a dit des choses qu'il ne pensait pas et Andreah a fait des choses qu'elle ne souhaitait pas. On peut donc dire que tous les deux ont leur tort. Lorsqu'il vit Andreah s'approcher de lui James pensait qu'elle allait le gifler et partir, mais c'était l'opposé. Elle vint doucement l'embrasser comme si c'était la première fois. Cela le touchait vraiment qu'elle fasse le premier pas surtout la connaissant. Rien que le fait d'avoir embrasser à nouveau Andreah lui rappelait combien il était amoureux d'elle. Son histoire d'amour avec Andreah ne pouvait pas être terminé. Il n'y avait qu'à voir la façon dont elle l'avait embrassé. On pouvait sentir que tout n'était pas perdu. Après tout si elle l'avait embrassé c'est qu'elle aussi espérait quelque chose de se rapprochement. C'était soudain et furtif, mais c'est ce qui faisait le charme de leur histoire. Plein d’imprévu, de passion. Avec Andreah le jeune homme savait qu'il ne s’ennuierait jamais. « Dois-je comprendre que tu seras prête à nous laisser une seconde chance ? » Lui demanda James. C'était peut-être trop tôt pour lui poser la question, mais le jeune homme avait besoin de savoir. Il ne pouvait pas rester à se demander si c'était juste comme ça où si c'était plus. James n'allait pas refaire les mêmes erreurs c'est-à-dire ne pas lui dire ce qu'il pense. Il avait décidé d'être honnête c'est pour cela qu'il lui avait demandé. Des histoires comme la leur ne court pas les rues. James n'est pas assez idiot pour la laisser partir une seconde fois. Il devait se battre pour retrouver la confiance de sa femme. Malgré tout James l'a considérait toujours comme sa femme. Peut importe ce que disait ce stupide papier elle restait la femme de sa vie. La seule chose dont il avait besoin d'être de l'approbation d'Andreah. Elle était la seule dont l'avis comptait .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: You cool me down When I'm cold inside ϟ JAMES   

Revenir en haut Aller en bas
 

You cool me down When I'm cold inside ϟ JAMES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Alec ♦ It's cold inside
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin
» Bug avec les helms Casting up 30% Decrease Skill Cool down
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOW TO SAVE A LIFE :: MENPHIS WAVE :: ✃ 1ER ETAGE :: ▷ CHAMBRE DES PATIENTS-